FOMO

FOMO : Fear Of Missing Out. Cela pourrait traduire par CDMQC (la crainte de manquer quelque chose) ou par CDRUO (la crainte de rater une occasion), mais je vais faire comme tout le monde et utiliser l’acronyme anglais. Le terme FOMO semble avoir été popularisé par un article de Jenna Wortham dans le New York Times en 2012. C’est donc déjà un vieux concept, au train où vont les choses.

Des études ont montré que la FOMO est en corrélation avec l’usage des réseaux sociaux, sans qu’on puisse déterminer clairement si leur usage provoque la FOMO, ou si, au contraire, la FOMO favorise l’usage des réseaux sociaux.

Quoi qu’il en soit, deux aspects sont à relever.

Premièrement, ce que désigne la FOMO est très ancien et même ne peut plus vieux, puisque c’est probablement un des ingrédients de la tentation. Que diriez-vous de devenir comme des dieux? Occasion unique ! Facile! Vous mangez de ceci et ça sera fait. Non, ce n’est pas une drogue, juste un fruit dont on se demande bien pourquoi il est défendu. Moi, j’aurais essayé, pas vous ? C’est la jonction de la crainte de louper quelque chose avec notre hyperconnexion permanente qui lui a redonné une nouvelle jeunesse.

En deuxième lieu, la FOMO fournit une bonne illustration du mimétisme du désir. Nous désirons ce que d’autres désirent (et réalisent). Un objet que personne ne désire suscite l’indifférence. À force d’apprendre sur facebook les choses fabuleuses que font nos chers amis, nous nous mettons à désirer ces choses qui nous étaient indifférentes l’instant d’avant, et c’est évidemment frustrant.

Si Twitter Facebook & Co apparaissent comme des tourniquets des désirs et du mimétisme, alors la FOMO pourrait indiquer que nous craignons de ne pas savoir ce qui est désirable. La FOMO – symptôme de la peur du vide.